Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"

Japon : le nouvel empereur a droit à son burger

Pour fêter le sacre prochain du nouvel empereur du Japon, un hôtel tokyoïte met les petits plats dans les grands et lance un méga burger de luxe en son honneur.
Japon : le nouvel empereur a droit à son burgerPhoto: tokyo.grand.hyatt.co.jp

Qui aurait cru qu'au pays des sushis, un burger pouvait être roi ? Parce que s'il y a bien un hamburger digne d'un empereur, c'est le "Golden Giant Burger" du The Oak Door, le steak house de l'hôtel 5 étoiles Grand Hyatt Tokyo.

Déjà, il en impose : 3 kg tout rond pour 25 cm de diamètre, c'est un colosse. On trouve dedans 1 kg de bœuf Wagyu accompagné de nobles ingrédients comme de la truffe noire et du foie gras. Frites, salade, tomates, oignons et cheddar viennent ensuite compléter le tout, relevés d'une sauce madère fort alléchante. Quant aux buns, ils sont non seulement parsemés de graines de sésame, mais aussi saupoudrés d'or.

On s'en doute bien, avec de telles dimensions et de tels ingrédients, le "Golden Giant Burger" n'est pas donné. Comptez donc 100 000 yens (800 euros) pour mettre la main sur cette pièce de gastronomie. A ce prix, on a quand même droit au champagne, blanc ou rosé, et format magnum s'il vous plaît !

Enfin, pour ceux qui n'ont pas l'estomac assez solide pour s'attaquer à un burger de 3 kg, le restaurant a prévu une version plus humaine de leur colosse. Baptisé "Golden 'R' Burger", elle reprend toutes les caractéristiques de son aîné dans un tarif plus contenu : 160 euros. A ce prix par contre, point de magnum.

Disponible depuis le 1er avril 2019, le "Golden Giant Burger" sera au menu de The Oak Door jusqu'au 30 juin qui suit. Le nouvel empereur, quant à lui, sera sacré le 1er mai 2019 après que son père ait abdiqué le 30 avril.

Pour la petite histoire, selon la constitution japonaise de 1947, une succession ne se fait normalement qu'à la mort de l'empereur "sortant". Or, l'actuel empereur Aikihito, malgré son grand âge qui d'ailleurs motive le passage de flambeau, est loin d'avoir trépassé. Ce n'est que grâce à une loi nouvelle et valable uniquement pour lui et pour lui seul qu'il pourra laisser le trône de Chrysanthème à son fils, Naruhito. A noter qu'à aucun moment le mot "abdication" n'a été officiellement prononcé.

Publié le 11/04/2019
Recevoir la newsletter

Autour du même sujet

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un avis !