Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"

Les chaînes de fast-food, mauvaises élèves du tri sélectif

Une vaste série de contrôles ayant eu lieu dans toute la France a mis en avant, chez toutes les enseignes de fast-food, différents manquements à l'obligation du tri sélectif. Des infractions assez graves pour que les patrons des grandes chaînes se fassent tirer les oreilles par le Ministère de la Transition écologique et solidaire.
Les chaînes de fast-food, mauvaises élèves du tri sélectif

Le 31 janvier 2019, Brune Poirson, secrétaire d’État à la Transition écologique et solidaire, a reçu et rappelé à l'ordre les dirigeants des grandes enseignes de fast-food sur l'importance de réduire leur empreinte écologique. Et quelle empreinte : chaque année, le secteur produit 240.000 tonnes de déchets ! Sans tri sélectif, on ne peut qu'imaginer le gâchis et c'est justement ce qui fait râler l'administration.

Selon le décret 2016-288 du 10 mars 2016, les professionnels ont obligation de trier leurs déchets. Cinq types de tri sont ainsi à respecter, à savoir le tri du carton et des papiers, le tri des métaux, celui du plastique, celui du verre et enfin celui du bois. C’est le fameux décret "5 flux" qui, semble-t-il, n'est pas correctement respecté par la vaste majorité des chaînes de fast-food de l'Hexagone.

Ce manquement a le don d'agacer la secrétaire d’État qui envisage tous les moyens pour remettre ce beau monde dans le droit chemin, y compris, pour la citer, "des moyens de pression très clairs". Des propos à peine voilés sur les peines encourues par les mauvais trieurs : une amende de 75 000 € pouvant être assortie d'une sanction administrative de 150 000 €, et d'une peine de 2 ans d’emprisonnement. Mais avant de sortir l'artillerie, elle a accordé un délai aux marques pour qu'elles présentent un plan de mise en conformité totale à la loi. Ce délai a expiré fin mars 2019.

Ce n'est pas la première fois que les fast-foods sont pointés du doigt pour leur très mauvaise gestion du tri. En automne 2018, l’association Zero Waste France avait déjà dénoncé un KFC et un McDo pour cette raison, notamment pour l'absence de tri en salle. En France, l'enseigne McDonald's produit plus de 115 tonnes de déchets d’emballage par jour à cause du "tout jetable", alors que le tri sélectif n'est effectué que dans 76 de ses 1450 restaurants (statistiques en mai 2018).

Publié le 09/04/2019
Recevoir la newsletter

Autour du même sujet

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un avis !