Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"

Les fast-foods Quick rachetés par une entreprise américaine

Le destin de Quick change une nouvelle fois de main et cette fois-ci, l'enseigne française atterrit dans l'escarcelle d'un fonds américain.
Les fast-foods Quick rachetés par une entreprise américainePhoto : harry_nl

Quick est arrivé en France en juillet 1980 avec l'ouverture d'un premier restaurant en Aix-en-Provence. Créée en 1970 par Maurice Cauwe, la chaîne est belge d'origine, mais devient française suite à son rachat par l'Etat français en 2007. En 2015, Quick change de nouveau de main et entre dans le portefeuille du Groupe Bertrand, spécialiste de l'hôtellerie et de la distribution. L'ambition de l'entreprise, actuel numéro 2 français de la restauration commerciale, est alors de transformer tous les restaurants Quick en Burger King, une franchise dont elle est la propriétaire dans l'Hexagone. De quoi booster les parts de marché de l'enseigne du roi en France, enfin, si tout se passe bien.

Nous voici 6 années plus tard et le Groupe Bertrand a déjà investi 500 millions d'euros dans le rebranding de Quick. La transformation n'est pourtant toujours pas achevée et, pire, plusieurs mois de restrictions sanitaires sont passés par là. La firme enchaîne les pertes : 43,6 millions d'euros en 2020, un chiffre d'affaires forcément en baisse et une dette financière s'élevant à 126,5 millions. Est-ce pour cela que le Groupe Bertrand a décidé d'arrêter les frais ? On ne le saura sans doute jamais, mais la décision a bien été prise de vendre les 107 restaurants Quick qui restaient.

Le nouveau propriétaire des restaurants Quick a avancé 240 millions d'euros pour les acquérir. Il s'agit d'une société de capital-investissement et de gestion d'actifs américaine dénommée HIG Capital. Basée en Floride, elle regroupe une centaine de sociétés de par le monde, dans de nombreux secteurs d'activité. Un portefeuille forcément nébuleux, mais qui, jusqu'ici, ne comptait encore aucune enseigne de fast-food.

Pour autant, l'entreprise reste confiante et compte réussir là où les précédents propriétaires ont trébuché. Olivier Boyadjian, directeur d'HIG Capital France, annonce ainsi vouloir doubler le nombre de points de vente de Quick "dans les prochaines années", sans toutefois poser un horizon clair.

Il ne reste plus aujourd'hui qu'une chose à attendre pour acter le départ de Quick dans le giron américain, à savoir l'aval de l'Autorité de la concurrence. Rendez-vous est ainsi pris pour la fin de l'année 2021 pour connaître sa réponse.

Publié le 24/08/2021
Recevoir la newsletter

Autour du même sujet

A lire ailleurs