Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"

L'indice jambon-beurre : zoom sur le marché français

L

On connaît l'IDH, l'indice de développement humain, qui permet d'évaluer le niveau de développement d'un pays. Dans la même veine, il y a aussi le PIB, le produit intérieur brut, qui sert à mesurer le niveau de richesse. Et puis, il y a l'indice jambon-beurre, un indicateur décalé, mais bel et bien fonctionnel.

Habituellement, quand vient le moment de tâter le pouls de l'économie, ce ne sont pas les indicateurs qui manquent. Des outils éprouvés, utilisés depuis des années par les cabinets d'études, mais loin d'être aussi fun à sortir que l'indice jambon-beurre. Inventée il y a 10 ans par le cabinet Gira Conseil, probablement en réponse à l'indice Big Mac, cette donnée se veut être une mesure sérieuse du pouvoir d'achat des ménages français.

Mon sandwich est un outil économique

Du beurre, du jambon, peut-être un bout de salade ou de cornichon, et c’est bon. Le jambon-beurre est simple à faire et c'est peut-être pourquoi il est vite devenu le sandwich préféré des Français. C’est ce statut qui, selon le cabinet, lui permet d'être un indicateur juste de la santé des ménages.

Le raisonnement est aussi simple que le sandwich : consommé quasi quotidiennement par des millions de Français, le jambon-beurre voit son prix être adapté aux moyens des habitants. Là où son prix est faible, le pouvoir d’achat l’est donc aussi, et là où il est élevé, le pouvoir d’achat est aussi élevé. Et si le prix du jambon-beurre est différent de ville en ville, son prix permet donc d'avoir une idée du pouvoir d’achat des ménages dans chaque ville. L’indice jambon-beurre est d’ailleurs décliné en deux sortes : celui des villes de moins de 50 000 habitants et celui des villes de plus de 50 000 habitants.

En complément enfin, et toujours à cause de sa popularité, Gira Conseil voit également l’indice jambon-beurre comme un bon indicateur de l'état économique de la restauration rapide.

Une évolution rassurante

Pour apporter la preuve de la pertinence de son indice maison, le cabinet a pu mettre en corrélation la chute du pouvoir d'achat durant la crise de 2008 et la baisse du prix du jambon-beurre sur la même période. Mieux, l'indice repartait en hausse en 2010 en même tant que le pays commençait à sortir de la crise.

Mis à jour tous les ans à l'occasion du salon "Sandwich & Snack Show", la tendance générale de l'indice a toujours été à la hausse malgré des baisses remarquées en 2011 et en 2016 dans les villes de moins de 50 000 habitants. Le cru 2017 a aussi mis en évidence qu'il est le plus élevé à Paris (4 euros), puis à Lyon et à Bordeaux (3,34 euros pour les deux), tandis qu'il est bas à Marseille (2,56 euros) et au plus bas à Tulle (2,48 euros), dans le département de Corrèze en Nouvelle-Aquitaine.

En moyenne, l'indice jambon-beurre est à 2,94 euros, ce qui représente une hausse de 0,38% comparé aux "performances" de 2016.

Quel futur pour l'indice jambon-beurre ?

Malgré sa nature décalée, l'indice jambon-beurre est donc un marqueur juste du pouvoir d'achat. Pas sûr en revanche que cela dure, vu la peine qu'a le célèbre sandwich à maintenir ses parts de marché : parmi les 2,39 milliards de sandwichs dévorés en 2017, 1,215 milliards étaient des jambons-beurres, soit 50,8%. Ce pourcentage était de 65% en 2008 (Gira Conseil).

Pire, le légendaire jambon-beurre n'est désormais plus l'en-cas préféré des Français et a été pour la première fois dépassé par le hamburger dont 1,46 milliard unités ont été engloutis en 2017 ! Faut-il craindre pour le futur de l'indice jambon-beurre ? L'avenir nous le dira.

Publié le 19/04/2018
Recevoir la newsletter

Ça peut aussi vous intéresser...

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !