Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"

Le hamburger plus populaire que le jambon-beurre

Le hamburger plus populaire que le jambon-beurreJonas Tana

Un passage symbolique vient de s’opérer. Désormais, le hamburger a plus la cote que le jambon-beurre auprès des Français. Le cabinet Gira Conseil, spécialisé dans l’hôtellerie-restauration, vient de publier la 10ème édition de son "indice jambon-beurre", millésime 2017. Au-delà du célèbre sandwich, il s’agit d’un panorama du marché du sandwich en France.

Le point le plus détonnant de cette étude est que, désormais, il se consomme en France davantage de hamburgers que de jambons-beurres. Avec la multiplication du nombre de points de vente (comme l’arrivée de l’enseigne Five Guys sur les Champs-Elysées), la sortie du strict cercle des fast-foods et la hausse de la qualité des produits, les hamburgers sont montés dans l’estime des consommateurs français.

Selon l’étude de Gira Conseil, il s’est vendu en 2017 1,46 milliard de hamburgers contre 1,22 milliard de sandwiches jambon-beurre. Cependant, ces derniers représentent 50,8% des sandwiches vendus, ce qui traduit également un plus grand intérêt des consommateurs pour les autres recettes.

Autre donnée intéressante mentionnée dans l’étude : les sandwiches sont plus chers dans les grandes villes que dans les petites. Ainsi, le prix du jambon-beurre se monte à 4 € à Paris et 2,48 € à Tulle, pour un prix moyen national de 2,94 €. Mais, outre le lieu d’achat, on note de grandes disparités suivant les réseaux de distribution. Ainsi, le jambon-beurre le moins cher se trouve en hypermarché (2,28 €, en baisse de 9%) et le plus cher en brasserie (3,52 €, en hausse de 4%). L’autre enseignement est l’évolution du prix du jambon-beurre : +16% en 7 ans, contre 8,5% pour l’inflation calculée par l’INSEE.

Mais, selon l’étude, tout ceci s’inscrit dans le cadre d’une augmentation générale des repas pris en-dehors de chez soi : en 2017, il s’est vendu trois fois plus de sandwiches en tous genres et dix fois plus de hamburgers que 10 ans auparavant. Les jours du jambon-beurre ne sont donc pas encore comptés !

Publié le 09/04/2018
Recevoir la newsletter

Autour du même sujet

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !