Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"

Wendy's lance sa première dark kitchen au Canada

L'enseigne américaine Wendy's innove et implante une dark kitchen au Canada, dans la ville de Toronto. Une première pour la franchise.
Wendy's lance sa première dark kitchen au Canada

Wendy's est l'un des rares élus à avoir pu s'accaparer une part conséquente du marché de la restauration rapide aux États-Unis. Reconnaissable entre toutes par la bouille espiègle et les taches de rousseur de sa mascotte, l'enseigne n'est certes pas aussi médiatique qu'un Burger King ou un McDonald's, mais elle ne dispose pas moins d'une réelle envie de conquête à l'international. C'est ainsi que la marque, présente dans le pays depuis 1975, annonce l'ouverture de sa toute première dark kitchen au Canada.

Une dark kitchen (également appelée cloud ou ghost kitchen) est une manière différente d'appréhender la restauration. Née du boum récent de la livraison à domicile, il s'agit d'un restaurant délesté de tout ce qui est inutile à la confection des plats, y compris sa salle. Ce n'est donc plus au final qu'une cuisine, mais avec une particularité : elle confectionne uniquement des plats destinés (et pensés) à être livrés ou, au mieux, à être collectés par le client lui-même.

L'un des principaux avantages de ce système est que la ghost kitchen peut être installé n'importe où, tant dans un garage que dans un entrepôt ou même un container. Et justement, sa première dark kitchen, Wendy's l'a implantée dans une remorque qu'elle a ensuite garée sur un parking. Logique. Alors certes, la remorque est aux couleurs de l'enseigne, mais inutile d'espérer ne serait-ce qu'un drive : l'unité ne cuisine que des plats à livrer que les Torontois peuvent commander sur Doordash, Uber Eats ou encore le Canadien SkipTheDishes.

Dans un contexte de pandémie et surtout dans un monde urbain où tout accélérer, même le déjeuner, semble être devenu la norme, faire fi des chaises et des tables est peut-être la meilleure stratégie à prendre pour Wendy's. Elle s'évite ainsi les tracas inhérents à la construction ou la location d'un local et coupe court à la majorité des coûts d'implantation traditionnels. Surtout que pour cette première tentative, elle s'est associée avec REEF, un opérateur spécialisé dans le déploiement de cloud kitchen au cœur des grandes villes.

Si l'aventure s'avère être concluante, la chaîne se dit prête à tenter également l'expérience aux États-Unis, ainsi que sur d'autres marchés internationaux.

Publié le 02/12/2020
Recevoir la newsletter

Autour du même sujet

A lire ailleurs