Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"

Livraison à domicile : ma sandwicherie en cloud kitchen

Phénomène en pleine croissance, le "cloud kitchen" grignote petit à petit des parts de marché dans la restauration. Un mode de consommation disruptif qui s'accommode merveilleusement bien aux spécialités du prêt-à-manger comme les sandwichs.
Livraison à domicile : ma sandwicherie en cloud kitchen

Également appelé "ghost kitchen", "dark kitchen", ou encore "restaurant fantôme" en français, le cloud kitchen est un concept de restaurant sans salle. Dépouillé de ses apparats, se contentant de livrer ou de faire livrer ses plats, un restaurant fantôme n'a à se soucier que de deux choses : satisfaire ses clients et s'assurer que son image en ligne soit assez attractive pour en attirer d'autres. S'ensuit ainsi une réduction drastique des coûts de fonctionnement et une agilité qu'un restaurant classique n'aura jamais, mais au détriment d'une vulnérabilité certaine à la dure loi de la notoriété en ligne.

Naissance d'une tendance

Les dark kitchen ont vu le jour grâce à l'explosion de la livraison à domicile, un boom grandement facilité par les plateformes de commande en ligne qui se sont multipliées ces dernières années. Ces applications proposent aux restaurateurs d'agréger les commandes en ligne à leur place et de livrer leurs plats, pendant que les seconds se concentrent sur ce qu'ils savent faire, cuisiner.

Peu à peu, on a alors vu apparaître des restaurants réduits à leur plus simple expression : pas de salle, juste une cuisine produisant des plats destinés à la livraison. Certains professionnels, comme Cooklane, se sont même spécialisés dans la mise à disposition de cuisines professionnelles, immédiatement opérationnelles et optimisées pour faciliter la préparation de ces plats. Ils proposent également un accompagnement personnalisé et de nombreux services (conseils marketing, gestion d'activité, logiciel permettant d'agréger les commandes...). Dans une telle configuration, qui a besoin d'une salle ?

Nés d'une tendance donc, mais répondant à des besoins réels du consommateur (rapidité, proximité, ou encore coût abordable), les restaurants fantômes évoluent dans un nouvel écosystème composé d'agrégateurs et de marques.

Les principales composantes du cloud kitchen

Dans le monde des dark kitchen, les agrégateurs sont des plateformes en ligne de commandes et de livraison de plats. Ils peuvent être spécialisés dans le cloud kitchen ou non et se placent en intermédiaires entre les clients, qu'ils attirent, et les restaurants fantômes qui y proposent leurs cartes.

Viennent ensuite ce que l'on appelle les marques. Une marque appartient à un ghost kitchen et possède sa propre carte et ses spécialités. Sauf que, spécificité du cloud kitchen, il est tout à fait possible que des marques très différentes de prime abord appartiennent en réalité à un seul et même restaurant fantôme qui en cuisine les différents plats.

Des sandwichs en mode ghost kitchen

La première chose à faire avant de tenter l'aventure du cloud kitchen est de décider si vous allez proposer une ou plusieurs marques en ligne. Attention, chaque marque devra posséder une identité forte sous peine de paraître "vide" et donc inintéressante aux yeux du consommateur. Dans le cas d'une sandwicherie, rien n'empêche par exemple de lancer une marque spécialisée dans le végétarien, bio et local, et une autre pour proposer tout un assortiment de jambon-beurre massifs et de burgers double viande, fromage, mayo et frites. Deux philosophies différentes qui devront chacune posséder leur propre existence en ligne (réseaux sociaux différents, comptes agrégateurs distincts, etc.), mais dont les produits sortiront en fait d'une seule et même cuisine.

Ensuite, il faudra imaginer et tester des sandwichs pensés pour la livraison (tenue dans l'emballage, visuel, etc.), réfléchir au packaging (notamment aux emballages des sandwichs) qui véhiculera l'image de la marque, et concevoir un process qui optimisera espace, temps et efficacité en cuisine.

Si vous passez par un agrégateur, il faudra prendre le temps de bien vérifier que les termes d'utilisation (conditions de livraison, marge, etc.) vous conviennent. L'agrégateur n'est cependant pas un passage obligé dans le cas où vous pouvez assurer vous-même vos livraisons, ou si vous décidez, comme McDonald's et son concept to-go, de proposer uniquement vos sandwichs à emporter.

Enfin, dans un cas comme dans l'autre, la question de la notoriété, surtout celle de la présence sur les réseaux sociaux, est très importante pour les restaurants fantômes. Cette présence en ligne est leur principal canal de recrutement, d'où l'importance pour vos marques d'avoir leurs spécialités et leurs propres valeurs à véhiculer.

Publié le 03/07/2020
Recevoir la newsletter

Ça peut aussi vous intéresser...

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un avis !