Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"

McDonald's France en pleine polémique avec son eau

Pour limiter ses déchets plastiques, McDonald's a décidé de ne plus proposer d'eau en bouteille, mais en gobelet. De l'eau personnalisable qui plus est, sauf que son prix de vente a du mal à convaincre.
McDonald's France en pleine polémique avec son eauPhoto : club-sandwich.net

Il a pourtant bonne mine, le gobelet d'eau de McDo. Poétiquement baptisé "L'eau by McDo", il se veut être une alternative plus écolo à la bouteille d'eau en plastique auparavant présente dans les menus de l'enseigne. Là où le bât blesse par contre, c'est dans la politique de prix appliquée par le fast-food : 6,80 euros le litre d'eau, ça pique un peu.

Le gobelet de 25 cl est proposé à 1,70 euro, le format 33 cl est à 1,75 euro, enfin comptez 2,30 euros pour le 50 cl. Chez McDo, l'eau coûte ainsi entre 4,60 et 6,80 euros le litre alors que dans le commerce, un pack de 6 bouteilles de 1,5 litre vaut entre 3 et 4 euros. Mais il y a mieux : cette eau vendue à grands frais par le fast-food n'est en fait rien d'autre que de l'eau du robinet filtrée. Oui, de l'eau dont le prix moyen en France est de 3 euros le m³, soit, tenez-vous bien, 0,003 euro le litre ! Il n'en fallait pas plus pour provoquer un tollé général parmi les consommateurs.

À son corps défendant, la chaîne McDonald's soutient que son eau est microfiltrée et purifiée à 99,99 %. En outre, elle peut être commandée selon les goûts : plate ou pétillante, nature ou aromatisée. Des arguments qui ne convainquent pas, surtout quand c'est un salarié qui, sur les réseaux, qualifie la pratique de "plus grosse arnaque du siècle".

Alors, faut-il acheter ou ne pas acheter "L'eau by McDo" ? L'astuce réside peut-être dans un vieil arrêté datant du 8 juin 1967 appelé "arrêté n°25-268". Il précise que le prix d'un repas couvre nécessairement le couvert, "à savoir le pain, l'eau ordinaire, les épices ou ingrédients, la vaisselle, verrerie, serviettes, etc. qui sont usuellement mis à la disposition du client à l'occasion du repas.". Autrement dit, cela signifie que tout client payant son repas à tout à fait le droit de demander une carafe d'eau dans le restaurant où il mange. D'accord, l'eau servie ne sera sûrement pas filtrée, mais ce n'est pas bien grave vu les contrôles stricts que subit déjà l'eau du robinet.

Publié le 24/11/2021
Recevoir la newsletter

Autour du même sujet

A lire ailleurs