Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"

Un burger à la mygale dans un resto américain

Publié le 03/05/2018

Un burger à la mygale dans un resto américain

A Dhuram, en Caroline du Nord, existe le restaurant Bull City Burger and Brewery. L’établissement a fêté en avril 2018 le mois de la viande exotique. Pour l'occasion, il a proposé à sa carte de nouveaux plats temporaires à base de viandes inhabituelles dans l’Occident, c’est peu dire : tortue, iguane, autruche, bison et autre python.

Mais la star, c’est la mygale. Bull City Burger a conçu en effet un hamburger à base de bœuf haché, de sauce chili et de Gruyère qui semblerait très classique si ce n’était son ingrédient star, la mygale zébrée grillée au four, qui couronne le tout. Le "Tarantula Burger" est vendu au prix de 30 $ (soit 25 €). Et il s’agit bien d’une mygale : en français, contrairement à l’anglais, la tarentule désigne une espèce d’araignée bien particulière vivant en Italie et non pas une famille entière d’araignées.

Délier la bourse ne suffit pas pour mériter de relever ce défi culturel, car seules 18 araignées ont été achetées par l’audacieux restaurateur. Il faut donc d’abord participer à un tirage au sort parmi les centaines de candidats. Ceux qui sont suffisamment chanceux pour pouvoir tenter l’expérience et assez courageux pour terminer leur plat sont gratifiés d’un t-shirt pour immortaliser le souvenir, ainsi que de leur quart d’heure de gloire sur les réseaux sociaux. Si l’on en croit le site du restaurant, seules trois personnes ont été sélectionnées et sont arrivées à la fin de l’épreuve.

Les clients les moins téméraires peuvent toujours se contenter des traditionnels hamburgers et hot-dogs de l’établissement. Ou encore, tout simplement, de déguster la bière de cet établissement qui collectionne les récompenses de brasserie.

A bien y réfléchir, cette histoire est assez ironique : célébrer le mois de la viande exotique par des plats à base d’arachnides et d’insectes ne manque pas de sel, car ces animaux sont envisagés comme substituts aux protéines carnées accusées de multiples maux environnementaux.

Recevoir la newsletter

Autour du même sujet

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !