Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"

Le pain : historique et paradoxe

Le pain : historique et paradoxePhoto : Antonio

Le pain a longtemps été l'aliment de base, jusqu'au premier quart du 20ème siècle. On en consommait alors 900 grammes par jour contre 160 aujourd'hui. Des décennies de famines l'avaient rendu précieux et il était inconcevable de le jeter, même rassis.

La France a particulièrement développé l'art de fabriquer du pain, et l'on a vu naître en boulangerie de nombreuses variétés. Parce que le goût de l'authentique et du naturel est à la mode, certains boulangers sont revenus à la cuisson au feu de bois ou aux pains régionaux... même si de nombreux pains industriels fleurissent dans les grandes surfaces.

Qu'est-ce que le pain ?

Le pain, c'est tout simplement un mélange de farine, d'eau, de sel et de levure (qui assure sa fermentation). De la variété de la farine dépend la variété du pain.. et sa qualité, par la même occasion.

Le paradoxe du pain: un aliment riche et maigre

Le pain contient plus de 55% de glucides complexes(de type amidon), 8% de protéines, 1% de lipides et beaucoup de fibres. Les glucides sont les carburants du cerveau et des muscles : s'en priver, c'est donc priver notre corps de l'énergie dont il a besoin. Ils sont les garants de notre tonus et de notre forme intellectuelle tout au long de la journée. Le pain, dans le cadre d'un repas complet, apporte donc une énergie de longue durée, pour une journée performante et sans fringale.

Les protéines sont les "matériaux bâtisseurs" de notre corps. Le pain apporte des vitamines du groupe B et la vitamine E. Il contient aussi des minéraux, magnésium, phosphore, fer... nécessaires au bon fonctionnement de notre organisme. Le pain participe donc à la couverture de nos besoins protéiques et contribue au réajustement de l'équilibre entre protéines animales et protéines végétales.

Le pain est aussi un régulateur de l'appétit. Les fibres qu'il contient favorisent le transit intestinal. Elles apaisent la sensation de faim et évitent les grignotages inopportuns. Les fibres sont présentes en quantité insuffisante dans notre alimentation : idéalement, nous devrions en consommer 30 à 40 g par jour, soit deux fois plus qu'aujourd'hui.

Enfin, le pain est pauvre en lipides (graisses), ce qui représente un atout majeur dans notre alimentation actuelle, souvent trop grasse. Trop de lipides dans la ration alimentaire est un facteur de risque pour la santé (maladies cardio-vasculaires, obésité...). Avec si peu de lipides, le pain ne peut donc pas faire grossir.

Publié le 07/07/2008
Recevoir la newsletter

Ça peut aussi vous intéresser...

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !