Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"

L'histoire du croque-monsieur

LPhoto : Chris Goldberg

Des origines aborigènes

Aujourd'hui courant dans la plupart des bistrots français, le croque-monsieur se rencontre dans le mode entier mais reste un plat typique de la cuisine rapide hexagonale. Pourtant, c'est en Australie que l'on retrouve la trace d'un ancêtre du croque-monsieur : les aborigènes nomades de ce pays faisaient cuire en effet leur chasse du jour en la pressant entre deux tranches de pâte au-dessus d'un feu de bois, à l'aide d'une grande pince. Cette préparation "toastée" est ensuite apparue en Indonésie et dans le Pacifique quelques siècles plus tard.

L'apparition du croque-monsieur en France

Dans sa forme la plus connue, c'est à dire fait de pain de mie carré, garni de jambon et couvert de fromage gratiné, le croque-monsieur aurait été proposé pour la première fois en 1910 dans le menu d'un café parisien, situé sur le boulevard des Capucines.

En 1919, l'écrivain Marcel Proust fait référence au sandwich dans son célèbre ouvrage "À l'ombre des jeunes filles en fleurs" : «Or, en sortant du concert, comme en revenant sur le chemin qui va vers l'hôtel, nous nous étions arrêtés, ma grand-mère et moi, pour échanger quelques mots avec Mme de Villeparisis qui nous annonçait qu'elle avait commandé pour nous à l'hôtel des "croque-monsieur" et des "œufs à la crème". »

Pourquoi le croque-monsieur porte-t-il ce nom ?

Pour autant, l'origine du mot reste incertaine. En province, le simple "croque" désigne du pain baigné dans de l'œuf battu avant d'être grillé. On peut imaginer qu'à Paris, ces messieurs aurait commandé un croque, parce que rapide et chaud, et aurait ainsi donné son nom au sandwich. Le "croque-madame", quant à lui, se voit surmonté d'un œuf à cheval.

Une autre explication du nom est donné par l'historien des mots René Girard, dans son livre "Histoire des mots de la cuisine française" publié en 1947. Selon lui, au début du 20ème siècle, le patron du bistro parisien "Le Bel Age", Michel Lunarca, qui avait une étrange réputation de cannibale, aurait proposé un sandwich au pain de mie en remplacement de la baguette. Un client demanda alors quelle viande se trouvait à l'intérieur et le bistrotier répondit, sur le ton de la plaisanterie : "de la viande de monsieur !".

L'évolution du croque-monsieur

Le croque-monsieur poursuit tranquillement son évolution : il s'enrichit de sauce Mornay ou de Béchamel. Aujourd'hui, il se décline au reblochon, au saumon, à l'ananas, à la banane...
Mais le croque-monsieur n'est pas l'apanage de la France puisqu'on le retrouve aux États-Unis (sous le nom de grilled cheese), en Italie (avec le célèbre croque-monsieur du Harry's bar à Venise) ou encore en Grande-Bretagne (avec le Welsh Rabbit ou Welsh Rarebit, un croque-monsieur gallois).

Durant les années 90, on a vu apparaître dans tous les cafés de France le "Croque-Poilâne", un croque-monsieur préparé avec le célèbre pain du boulanger Lionel Poilâne. Même les chaînes de restauration rapide se sont inspirés du fameux sandwich : l'enseigne Quick a créé ainsi son "Quick'N Toast", entre deux tranches de pain de mie grillé.

Mis à jour le 12/01/2016
Recevoir la newsletter

Ça peut aussi vous intéresser...

Vos commentaires

  • Source introuvable (par Sard, le 07/02/2016)

    Bonjour, je ne trouve nulle part ce livre dont vous parlez, dont rené girard serait l'auteur, alors que plusieurs sites reprennent mot pour mot cette histoire... Pourriez-vous m'éclairer à ce sujet, s'il vous plaît ? Réponse de la rédaction : hélas, je n'ai pas plus d'information, ce qui explique pourquoi ce paragraphe est écrit au conditionnel...


Vous aussi, donnez votre avis !