Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"

Les Français consomment toujours plus de fast-food

En 10 ans, la consommation de fast-food a fortement augmenté en France, ce qui préoccupe les professionnels de la santé, d'autant plus que la qualité nutritionnelle en restauration rapide s'est dégradée dans le même temps.
Les Français consomment toujours plus de fast-foodPhoto : ready made

L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) a réalisé une vaste étude sur les habitudes de consommation alimentaire hors foyer des Français et sur les apports nutritionnels des différents établissements concernés. Si la période d'étude ne tient pas compte des changements les plus récents - notamment la livraison à domicile devenu une habitude en 2020 à la suite de la fermeture des restaurants - les résultats font état d'une forte progression de la consommation de fast-food en 10 ans, en France.

Entre 2005 et 2015, on constate que le pourcentage de consommateurs adultes qui signalent ne jamais consommer de fast food est passé de 36 % (soit un tiers des interrogés) à seulement 11 %, ce qui signifie que désormais, seul 1 français sur 10 évite la restauration rapide. Chez les enfants et adolescents, le constat est identique, avec une forte diminution des interrogés qui affirment ne jamais manger au fast-food ou n'y manger qu'une fois par mois.

À l'inverse, la proportion d'individus (adultes actifs, étudiants, ado et enfants) qui se rendent chez McDonald's, chez Burger King ou dans l'un des nombreux établissements de restauration rapide implantés dans l'hexagone est en forte hausse. Ainsi, 36 % des interrogés adultes consomment de 1 à 3 fois par mois ce type de nourriture (contre 18 % auparavant) et 41 % des plus jeunes, contre seulement 22 % il y a 10 ans.

Le pourcentage de consommateurs qui mangent au fast-food plus de 4 fois par mois a doublé sur cette période, chez les enfants comme chez les adultes, ce qui laisse à penser que ces établissements occuperont une place toujours plus importante dans l'alimentation hors-foyers des Français.

Le principal problème pointé du doigt par l'Anses, c'est que chez les plus jeunes, ces établissements de "malbouffe" se substituent peu à peu à ceux de la restauration collective (cantine scolaire, restaurant d'entreprise), alors que leurs apports nutritionnels sont loin d'égaler ceux des différentes cantines.

Dans ses recommandations, l'Anses explique qu'il serait judicieux de trouver un moyen d'offrir un meilleur accès à la restauration collective, pour contrer le gain de terrain du fast-food et ainsi préserver la santé des consommateurs. Elle suggère également des points d'amélioration pour les fast-food, afin que leur offre soit plus en accord avec les apports nutritionnels préconisés.

L'idée n'est donc pas de stigmatiser les établissements de restauration rapide, mais d'accepter leur popularité croissante et de faire en sorte que les consommateurs puissent y manger de manière plus saine.

Publié le 08/03/2021
Recevoir la newsletter

Autour du même sujet

A lire ailleurs