Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"

Rostoff, le sandwich chic de chez Petrossian

Imaginez un sandwich improbable coincé entre le burrito et l'enchilada, avec même une petite pointe de tostada pour sa garniture. Voici le Rostoff, un en-cas décalé proposé par la maison Petrossian.
Rostoff, le sandwich chic de chez Petrossian

Mikaël Petrossian est le fils cadet de la maison Petrossian, la plus ancienne entreprise de caviar en France, créée en 1920 par deux réfugiés arméniens. C'est aussi un fan de gastronomie qui a ouvert différents corners dans la ville de Paris et même un restaurant, en avril 2018, sur l'avenue Tour-Maubourg, juste en face de la première boutique de la famille. Le but avoué de l'héritier du caviar : faire découvrir autrement ce mets d'exception en le déclinant à toutes les sauces et sous toutes les formes possibles, qu'il soit brut, maturé, ou même liquide, en l'accompagnant d'œufs mollets, de turbo confit, ou encore de nouilles soba.

C'est dans cet esprit de rupture qu'est né le Rostoff, un sandwich roulé façon enchilada. Mais si à l'instar du plat mexicain, il est effectivement très bien rembourré, le Rostoff retient fermement sa garniture dans du pain croustillant et non pas dans des tortillas de maïs. Du street food bon chic bon genre et original tant dans sa présentation que dans le mariage de goût qu'il propose.

Le Rostoff est en effet disponible en 3 "saveurs" différentes aussi décalées que lui. Il y a le bien nommé "Moscou" qui cache en son cœur un tartare de saumon fumé, accompagné de concombre et de cornichon Malossol relevés de crème d'aneth. Le "Juneau" est quant à lui garni d'avocat et d'œufs de saumon assaisonnés de citron, d'estragon et de gingembre moulu, sans oublier le radis pour le croquant et le piquant. Enfin, vient "L'Olympie" et son mélange tofu, cornichon et salade sucrine que vient agrémenter un tarama (des œufs de cabillaud associés à de la mie de pain, du jus de citron et de l'huile d'olive). Ces recettes ne sont toutefois pas figées et seront amenées à changer au fil des saisons avec même du sucré à l'avenir.

Le Rostoff est dès à présent disponible à emporter sur tous les points de ventes de la maison Petrossian, et ce dès 11h, pour un prix tournant autour de 10 euros le sandwich.

Publié le 03/08/2018
Recevoir la newsletter

Autour du même sujet

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !