Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"

Pénurie de main d'œuvre pour l'été : des idées insolites pour recruter

L'ensemble du secteur de la restauration est confronté à une pénurie de main d'œuvre, qui oblige les professionnels souhaitant recruter à faire preuve d'originalité. Un peu d'humour, des conditions de travail plus souples, des cadeaux et des bonus… Les idées ne manquent pas et elles devraient attirer les serveurs, pizzaiolos et cuisiniers qui ont déserté les établissements depuis la crise du Covid.
Pénurie de main d

Les métiers de la restauration sont exercés par des passionnés, qui aiment offrir un service de qualité aux clients qu'ils croisent chaque jour. Mais une grande partie de l'effectif des brigades se compose également de saisonniers et de travailleurs ponctuels, qui viennent en garnir les rangs lors de la haute saison. Depuis des années, la main d'œuvre se fait rare, la faute à des conditions de travail difficiles et contraignantes, mais aussi à des salaires peu motivants. Face à cela, certains restaurateurs misent sur des idées insolites pour recruter.

L'humour pour des initiatives de recrutement insolites

Face à la morosité qui touche le secteur de la restauration, l'humour pourrait bien être la solution idéale pour attirer de nouveaux employés. C'est du moins ce sur quoi misent certains professionnels, comme l'équipe du "Goéland 1951" à Joinville, dans la Manche, qui a réalisé une vidéo hilarante mettant en scène... l'enlèvement d'un candidat parfait !

On y suit une escouade, formée par le personnel de l'établissement, qui cherche à court-circuiter l'entretien d'un candidat alors que celui-ci s'apprête à s'engager auprès d'un restaurant concurrent. Une "Mission (recrutement) Impossible", qui prend la forme d'un mini-film de 4 minutes au cours duquel le choix de kidnapper le jeune postulant finit par l'emporter.

Pierre Jeanclaude, le gérant du restaurant, est conscient que ce type d'initiative est « quand même plus sympa qu'une affiche de recrutement classique qui n'attire l'attention de personne ». Le succès est au rendez-vous avec plus de 70 000 vues. On imagine que les candidatures n'ont pas tardé à arriver pour l'été.

Autre ambiance, autre métier, avec une annonce pour un poste de boulanger à pourvoir près de Lorient, dans le Morbihan. Si le slogan "Ma baguette est bonne" peut sembler classique, l'affiche de recrutement est nettement plus originale, puisqu'on y voit un homme dénudé, couvert d'un tablier, tenant une baguette entre ses mains, dans une pose sexy. Là aussi, l'humour fait mouche et pourrait attirer l'employé recherché qui sait à l'avance que son patron sait abandonner son sérieux quand il le faut.

Enfin, un restaurant italien de Reims, dans la Marne, a simplement choisi de poster son annonce dans les toilettes de l'établissement. Les conditions sont clairement affichées et un client, profitant d'une petite pause-pipi, pourrait se laisser séduire par cette initiative originale.

serveur

Des bonus et des primes pour attirer les saisonniers

Certains restaurateurs ont décidé de solliciter l'aide de particuliers qui pourraient leur amener des candidats, en publiant des annonces attrayantes sur le net.

Le gérant de la pizzeria "Pinocchio", à Nîmes, propose par exemple 1 an de pizza gratuite à celui qui l'aidera à trouver son futur maestro de la pizza. La communication, postée sur les réseaux sociaux, est une parodie de l'affiche du film "Il faut sauver le soldat Ryan" de Steven Spielberg, portant la mention suivante : « Il faut sauver les pizzas Pinocchio ». De quoi faire réagir, avant que les robots pizzaiolos ne remplacent les vrais artisans de la pizza ?

Dans le même genre, le patron d'un établissement montpelliérain a lancé un appel sur Instagram, en promettant « 20 gros billets de 50 euros » (soit 1 000 euros) à la personne qui lui permettra de recruter un chef cuisinier. Si le chef se présente de lui-même, il empochera évidemment cette jolie somme. Une décision prise par le restaurateur qui explique que son recruteur habituel ne trouve rien et que « Pôle Emploi lui a ri au nez ! ».

De bonnes idées, qui témoignent des grandes difficultés du secteur pour attirer du personnel, depuis la crise sanitaire. Mais bien sûr, cela ne fera pas tout.

Un salaire attrayant et des horaires assouplis pour les employés

Faire rire pour attirer l'attention de potentiels candidats est une excellente idée, mais les saisonniers et autres travailleurs du secteur veulent évidemment du concret pour s'engager dans cette voie. C'est pourquoi, pour les attirer, les professionnels du secteur sont prêts à faire des efforts.

Les salaires proposés jusqu'ici ne suffisent plus à attirer les candidats et « 1.800 euros nets par mois, c'est le grand minimum pour recruter », affirme Alain Fontaine, le président de l'Association française des maîtres restaurateurs. De plus, les horaires, avec les coupures et les fins de services tardifs, représentent un véritable frein à l'embauche, car ils empêchent de concilier travail et vie privée épanouie. Il s'agit de deux points cruciaux sur lesquels les établissements doivent travailler et ils en ont parfaitement conscience.

C'est pourquoi désormais, les annonces les plus attrayantes incluent, en plus d'un salaire en hausse, le logement et les repas, des primes ou la garantie d'avoir les week-ends de repos pour certains postes. Du renouveau pour un secteur qui pourrait bien être en train de connaître une révolution.

Publié le 01/07/2022
Recevoir la newsletter

Ça peut aussi vous intéresser...

A lire ailleurs