Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"

Réchauffement climatique : les fast-foods sous pression

Pressés par leurs actionnaires, les géants du fast-food ont été sommés de trouver rapidement des solutions concrètes pour limiter leur participation au réchauffement climatique.
Réchauffement climatique : les fast-foods sous pressionPhoto: Jon Bunting

KFC, McDonald's, ou encore Domino's Pizza, les grandes enseignes de restauration rapide se sont fait rappeler à l'ordre par leurs principaux investisseurs américains pour qu'ils prennent enfin des mesures concrètes dans la réduction de leur empreinte carbone. Pour se faire entendre, les investisseurs se sont réunis dans une coalition pesant 6,5 milliards de dollars, soit 5,8 milliards d'euros, investis dans le secteur. Autant dire que leurs volontés sont des ordres !

Les fonds d'investissement ont surtout pointé du doigt les fournisseurs de viande des fast-foods, mis en cause pour la quantité phénoménale de gaz à effet de serre que l'élevage intensif dégage et la quantité tout aussi astronomique d'eau potable qu'il consomme. C'est bien simple, si l'on voyait aujourd'hui l'élevage comme un pays, les scientifiques estiment qu'il serait le troisième le plus polluant de la planète. La part de l’agriculture animale dans les émissions de gaz à effet de serre serait ainsi de 14,5%, un pourcentage que même les transports n’atteignent pas. Et dans ces 14,5%, l'élevage bovin représente à lui seul 8,8%.

Pour ce qui est de la consommation en eau, il a été établi qu'un kilo de bœuf nécessitait 15.000 litres d’eau potable pour être produit. C’est ensuite 5.000 litres pour un kilo de porc et 3.500 litres pour un kilo de volaille. Au final, la part d'eau affectée aux animaux destinés à notre consommation s'élève à 10% de la consommation mondiale !

Selon les investisseurs, les chaînes de fast-food se doivent d'établir rapidement une charte pour forcer leurs fournisseurs en viande à diminuer leur émission de gaz à effet de serre ainsi que leur consommation d’eau. Ils se disent surtout préoccupés par le réchauffement climatique et l’accès à l’eau potable qui sont, selon eux, de sérieuses menaces pour leurs investissements.

Ce coup de pression de la part des investisseurs est donc une bonne nouvelle pour la planète. On a tout de même envie de se poser la question : pourquoi a-t-il fallu attendre d'en faire une histoire d'argent pour que les choses bougent ?

Publié le 13/05/2019
Recevoir la newsletter

Autour du même sujet

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un avis !