Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"

Un petit Jésus de fort mauvais goût

Un petit Jésus de fort mauvais goût

La période de Noël est synonyme de fête, de cadeaux, de bonne bouffe, et, accessoirement, de religion avec ses crèches et ses santons. C’est aussi une période bénie pour les commerçants. Mais la collision entre tout cela peut être parfois de très mauvais goût.

En l’occurrence, la chaîne de boulangeries anglaise Greggs, qui espérait comme chaque année faire de gras bénéfices sur ces populaires agapes, s’est surpassée. Son dernier coup commercial a visiblement dépassé les limites de l’acceptable pour de nombreux citoyens. La chaîne a distribué un calendrier de l’Avent publicitaire dans lequel à chaque jour correspond non pas un traditionnel chocolat mais un coupon à échanger contre le produit correspondant en se rendant dans l’un des 1700 magasins de la chaîne, jusqu’au dernier jour gratifié d’un bon de réduction de 5£. Les plus veinards auront même droit à un bon de réduction de 25£ caché dans un nombre limité de publicités.

Quel est donc le scandale ? Les magasins Greggs n’ont rien trouvé de mieux que d’illustrer une page de ce calendrier par une scène de la Nativité dans laquelle l’enfant Jésus est remplacé par... un friand à la saucisse ! Le "sausage roll" en question n’est autre que le produit phare de l’enseigne, vendu à deux millions d’exemplaire chaque semaine.

Ni une ni deux, la blasphématoire publicité a provoqué l’ire des chrétiens de tout le Royaume-Uni, qui ont lancé un appel au boycott de la chaîne. Des esprits malicieux affirment que la firme aurait mieux fait de placer un autre produit entre Saint Joseph et la Vierge Marie. En attendant, afin d’éteindre la polémique qui embrase la Grande-Bretagne, l'enseigne a dû se fendre d’un communiqué d’excuses pour toutes les personnes indignées par cette vile confusion entre le Messie et une vulgaire saucisse, à des fins aussi bassement sonnantes et trébuchantes.

Publié le 14/12/2017
Recevoir la newsletter

Autour du même sujet

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !