Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"

Un fast-food en Corée : le geste diplomatique de Kim Jong-un

Un fast-food en Corée : le geste diplomatique de Kim Jong-unPhoto: (stephan)

Alors que le monde retient son souffle dans l'attente du dénouement final du feuilleton américano-nord-coréen, une nouvelle étonnante prend tout le monde de court : en guise de bonne foi, Kim Jong-un, le numéro un de la Corée du Nord, serait prêt à accueillir une enseigne de burger sur son territoire.

Le hamburger de la paix ? Il semblerait bien, à en croire les officiers de la CIA. Cela faisait plus de deux ans que Washington et Pyongyang étaient en froid sur fond d'essais nucléaires et de sanctions internationales. Depuis 2016, la Corée du Nord, récemment dotée de la puissance nucléaire, a multiplié les essais et les lancers de missiles longue portée dans sa région. Elle est même allée jusqu'à les faire passer par-dessus le Japon, allié des États-Unis.

Bien entendu, cela n'a pas été vu d'un très bon œil par Washington, surtout que le but avoué de Kim Jong-un était d'atteindre le sol américain. S'ensuit une escalade dans la provocation, les USA déployant des contre-mesures sur son territoire, mais aussi dans la péninsule coréenne, et la Corée du Nord intensifiant ses tests de missiles balistiques. En août 2017, on parle pour la première fois de guerre préventive chez les Américains. Il devenait urgent de désamorcer la situation.

Contre toute attente, surtout quand on connaît l'historique d'insultes et de menaces qui jalonnent leurs échanges, un sommet a ainsi pu être programmé entre les deux dirigeants et se tiendra, sauf imprévu, le 12 juin 2018 à Singapour. C’est une première mondiale : jamais auparavant un président américain n'a rencontré un dirigeant nord-coréen. On pourra aussi ajouter que jamais une enseigne de fast-food n'aurait pensé mettre un pied en Corée du Nord, jusqu'ici.

Car en évoquant la possibilité d'accueillir un fast-food, Kim Jong-un, à la tête de l'un des pays les plus fermés du monde, montre son ouverture aux investissements occidentaux et sa bonne volonté à la veille de sa rencontre avec Donald Trump. Le choix du burger n'est également pas anodin vu l'amour immodéré qu'a Trump pour les Big Mac. Il a d'ailleurs un jour déclaré vouloir discuter d'armes nucléaires avec le leader nord-coréen, assis autour de quelques burgers.

Reste maintenant la question de savoir quelle franchise aura le droit de venir s'installer au Royaume ermite. Affaire à suivre.

Publié le 05/06/2018
Recevoir la newsletter

Autour du même sujet

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !