Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"

Un fast-food donne ses invendus tous les soirs

Un fast-food donne ses invendus tous les soirsPhoto: Night Food

À l'heure du tout capitalisme où le profit est le maître-mot, des initiatives comme celle prise par Yassine Ouazzou font véritablement chaud au cœur. Ce patron de fast-food a en effet décidé de donner ses invendus du soir aux personnes nécessiteuses.

Situé à Saint-Étienne, Night Food 42 évolue dans une niche peu commune. Tous les soirs, de 20h à 5h du matin, le petit resto stéphanois se propose de livrer des en-cas variés pour calmer les fringales nocturnes. Sa punch line, "Jusqu'à la faim de la nuit", dit tout de son ambition.

Comme tous les autres fast-foods cependant, le resto ne vend pas toujours ce qu'il produit et c'est souvent que le gérant se retrouve avec du stock sur les bras. En revanche, au lieu de mettre ces restes à la poubelle, comme le fait la plupart des restaurants, Yassine Ouazzou préfère les donner, parce qu'il est tout simplement absurde pour lui de jeter de la nourriture. Dès le début de leur aventure en 2016, c'est tout naturellement que le patron et son équipe emmenaient les invendus avec eux pour les donner à leur entourage. Leurs proches finirent par se lasser des sandwiches, et c'est là que Yassine eut une idée : pourquoi ne pas plutôt donner ces invendus aux personnes qui en ont le plus besoin ?

Le matin, le gérant poste une annonce sur les réseaux sociaux en précisant ce qui lui reste de la nuit. Ensuite, il range cérémonieusement tacos, plats cuisinés, hamburgers et desserts dans un réfrigérateur à disposition de ceux qui en ont besoin. Ce qui le étonne le plus, c'est le profil des personnes qui viennent récupérer les denrées : des étudiants surtout, mais aussi des retraités dont une qui l'a particulièrement marqué. Devant la quantité de nourriture que prenait la vieille dame, il ne put s'empêcher de lui faire remarquer que c'était des produits facilement périssables et qu'il faudra les consommer rapidement. Elle lui répondit alors qu'elle avait l'intention de les congeler... Cette rencontre ne fit que renforcer sa conviction à lutter contre le gaspillage alimentaire, un fléau gargantuesque avec ses 1,3 milliard de tonnes de nourriture jetés chaque année (FAO, 2011), 10 millions à l'échelle de la France (2017).

Publié le 09/03/2018
Recevoir la newsletter

Autour du même sujet

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !