Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"

Londres interdit les fast-foods près des écoles

Londres interdit les fast-foods près des écolesPhoto: Márcio Cabral de Moura

Dès l'année prochaine, les fast-foods ne seront plus tolérés à proximité des écoles londoniennes. Une initiative singulière qui a été prise pour lutter contre l'obésité affolante qui touche les enfants britanniques.

A Londres, et dans tout le reste de la Grande-Bretagne, la scène est devenue banale : des écoliers, la fin des cours à peine sonnée, ressortent d'un fast-food avec une collation pas forcément diététique entre les mains. Un rituel que l'on remarque indifféremment à la sortie des écoles comme à l'heure du déjeuner, et qui inquiète à raison parents et institutions publiques.

En 7 ans, de 2009 à 2016, le nombre de fast-foods situés à moins de 5 minutes de marche d'une école primaire ou secondaire a augmenté de 5 627 unités en Grande-Bretagne, passant de 9 700 à 15 327. Ramenés à l'échelle nationale, ces restaurants représentent tout de même 28% des établissements de restaurations rapides de tout le pays. Une aubaine pour les jeunes, qui peuvent facilement se goinfrer de kebabs, burgers et autres chips, mais un désastre pour leur santé. En effet, à cause de cette habitude de consommation, un enfant Britannique sur quatre est en surpoids, 17% des garçons et 15% des filles de moins de 16 ans également.

Voilà pourquoi le maire de Londres, Sadiq Khan, veut interdire la construction de fast-food à moins de 400 mètres d'une école dans sa capitale dès 2019. Il faut dire qu'elle est particulièrement touchée par l'épidémie d'obésité infantile qui sévit dans le pays avec 40% d'enfants en surpoids chez les 11 ans, le plus haut taux de toute la Grande-Bretagne. En complément, il compte également instituer un standard minimum de qualité nutritionnelle afin d'enjoindre les nouveaux venus à proposer des alternatives plus équilibrées aux petits. Moins de sel, moins de sucre et moins de gras donc, mais pas seulement. M. Khan pense également éliminer la friture des habitudes des fast-foods, au profit des grillades et de la cuisson au four. Vaste programme.

Toutefois, le projet est déjà pointé du doigt pour sa faible portée : il ne s'appliquera qu'aux nouvelles constructions et exclut d'emblée tout point de vente avec places assises et menus diversifiés qui sont assimilés à des restaurants. Cette définition englobe pourtant la totalité des grandes enseignes.

Publié le 29/01/2018
Recevoir la newsletter

Autour du même sujet

A lire ailleurs

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un avis !