Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"

L'appellation des aliments végan bientôt contrôlée

L'appellation des aliments végan bientôt contrôlée

C’est une tendance lourde dans les pays occidentaux : les protéines carnées n’ont plus la cote. Même si la consommation de viande reste encore très importante, les consommateurs s’ouvrent aux options végétales pour des raisons très diverses : scandales des abattoirs, préservation de l’environnement, santé ou, de manière plus terre-à-terre, par motivation pécuniaire.

Les industriels de l’alimentation suivent la demande et s’engagent donc dans la même voie. Certains veulent simplement suivre la mode, d’autres existaient déjà dans ce monde à l’état de niche et ont désormais une opportunité de croissance.

En tout état de cause, les rayons des supermarchés ont vu fleurir les nouveaux produits comme le lait de soja, le fromage végétal et autres saucisses végan. D’un côté il s’agit en effet d’imiter des produits traditionnels de l’alimentation d’origine animale, et certains y arrivent très bien (comme le fameux Impossible Burger).

D’un autre côté, ces pratiques sont vues comme trompeuses en faisant passer ces produits pour ce qu’ils ne sont pas aux yeux des consommateurs étourdis ou trop peu vigilants. Un scandale avait d’ailleurs éclaté fin 2016 en Allemagne pour des fausses saucisses sans viande.

Un amendement est donc à l’étude en France. La commission des Affaires économiques de l’Assemblée Nationale se penche sur une interdiction de dénominations considérées comme trompeuses. Le projet vise essentiellement une association de mots tels que "saucisse", "steak" ou encore "bacon" à des produits qui ne répondent pas aux caractéristiques attendues, à savoir une composition exclusive de viande. Une amende de 300.000 € serait encourue par les contrevenants.

Cet amendement, porté par le député de la Creuse Jean-Baptiste Moreau, éleveur de son état, sera débattu à l’Assemblée Nationale fin mai 2018. Ce ne serait pas tout à fait une première, puisque le député déclare s’être inspiré d’une décision de 2017 de la Cour Européenne de Justice concernant des dénominations telles que "fromage" ou "lait".

Publié le 09/05/2018
Recevoir la newsletter

Autour du même sujet

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire !