Vous utilisez un bloqueur de publicités et nous pouvons le comprendre.
Mais notre site est entièrement gratuit grâce à la publicité, non intrusive.
Merci de nous soutenir en désactivant votre bloqueur.

> Cliquez sur l'icône rouge située en haut à droite de votre navigateur
> Choisissez l'option : "Désactiver pour ce site"

En pleine crise, Donald Trump offre un buffet de hamburgers

Donald Trump est toujours là où on ne l’attend pas. Et il ne s’agit pas seulement de lieu, mais également d’actes. Jamais avare de bons coups de com’, il a une fois de plus réussi à égratigner le Congrès pour pas cher.
En pleine crise, Donald Trump offre un buffet de hamburgersPhoto: Jonathan Lemire

Alors que le Président des USA recevait le 14 janvier 2019, dans le palais présidentiel, l’équipe de foot américain des Clemson Brothers, il a réussi le prodige de montrer à la Terre entière à la fois combien il soigne ses invités, son amour des spécialités culinaires locales et l’attention qu’il porte aux finances publiques. Le menu du jour ? Des hamburgers, des frites et des pizzas !

Pour comprendre cette décision, rappelons que Donald Trump, qui soutient mordicus la construction d’un mur le long de la frontière mexicaine, est empêtré dans le shutdown et cherche une solution politique, voire médiatique à ce problème. Les institutions des États-Unis prévoient en effet que, faute d’un accord budgétaire entre le Président et les deux chambres (Sénat et Chambre des Représentants réunis en Congrès), toutes les activités fédérales s’arrêtent séance tenante, sauf l’armée, la météo et le contrôle aérien. Les autres agents cessent de recevoir leur traitement habituel et, parmi eux, le cuisinier de la Maison Blanche !

D'où cette idée de buffet façon "fast-food". Et pour ne pas faire de jaloux, la table était garnie de produits de chez McDonald’s, Wendy’s, Burger King et Domino’s pizza, entre autres. A un journaliste qui lui a posé la question de son établissement préféré, Donald Trump a botté en touche par un habile "Si c’est américain, j’aime ça". Sans oublier d’ajouter "C’est moi qui paye". Et bien entendu, pas d’assiette ni de couverts puisque le personnel de la Maison Blanche n’est pas en mesure de mettre la table ni de faire la vaisselle.

Mais l’affaire ne s’arrête pas là. Afin de vanter son action, Donald Trump s’est targué d’avoir commandé 1000 "hamburders" (sic). Burger King a rattrapé la balle au bond et a monté illico toute une campagne de publicité basée sur le présidentiel lapsus. Trump, ou l’inventivité au pouvoir !

Publié le 28/01/2019
Recevoir la newsletter

Autour du même sujet

Vos commentaires

Soyez le premier à laisser un avis !